S’il y a délimitation, on perd l’absolu. [ … ]
Tous les êtres ont une désignation, un nom, qui par là même en nie l’absolu.
Dès qu’il y a nom, il y a délimitation, dès qu’il y a forme, il y a finitude.

Publicités