Au fond, c’est ça la solitude : s’envelopper dans le cocon de son âme, se faire chrysalide et attendre la métamorphose, car elle arrive toujours. 

2 réflexions sur “August Strindberg

Comments are now closed.