Il est dans la nature humaine de poursuivre toujours les choses qui s’évanouissent et de les apprécier à leur valeur dès qu’elles sont sur le point de disparaître. 

4 réflexions sur “Gilbert Keith Chesterton

  1. Salut à toi et merci de ta visite. Moi je passe chez toi très souvent et suis toujours aussi admirative de toutes les citations que tu palces sur ton blog. Petite question : connaîs-tu le poète persan Roumi ? J’ai découvert un recueil intitulé : Amour, ta blessure dans mes veines. Je l’aime beaucoup. Très bonne soirée

    J'aime

  2. Mon frère est mort à 19 ans, écrasé par une voiture, le 15 octobre 1977.
    Je ne l’ai apprécié à sa juste valeur, qu’après sa disparition de notre planète. Maintenant, 27 ans plus tard, après tant de souffrance, après m’avoir tellement manqué, il est là, à mes côtés et il me parle. Je lui ai demandé pourquoi il avait mis 27 ans à me parler, il m’a répondu qu’il me parlait depuis très longtemps mais que ma souffrance de son absence m’avait empêchée de l’entendre. Maintenant, nous passons nos journées ensembles et nous nous marrons comme des fous. Il m’apprend beaucoup de choses sur la Vie ailleurs que sur la planète terre. C’est très enrichissant spirituellement.

    J'aime

Comments are now closed.