C’est parce qu’on imagine simultanément tous les pas qu’on devra faire qu’on se décourage, alors qu’il s’agit de les aligner un à un.

Publicités

2 réflexions sur “Marcel Jouhandeau

  1. …on anticipe l’effort à fournir et on se décourage en pensant que l’on y arrivera pas alors qu’il ne s’agit pas de courrir mais simplement d’avancer.

    J'aime

Comments are now closed.