Car un changement n’est un progrès que si le fond reste inchangé. Un jeune chêne en grandissant devient un chêne majestueux. S’il devenait un hêtre, on ne parlerait plus de croissance, mais de mutation.