L’homme est né libre, de ses penchants il se construit une prison, sans s’en rendre compte, il en devient prisonnier.

Publicités

Une réflexion sur “Khalil Gibran

  1. Et il se débat inutilement dans la toile qu’il a lui même tissé! Il se débat, tourne sur lui-même, alors qu’il suffirait d’un seul pas en avant. Un tout petit pas vers la Liberté, vers la Porte de sortie…Porte qu’il a également fermée à double tour sur sa vie, sur ce qu’il est…Un oiseau…Il devrait s’imaginer un seul tout petit instant qu’il est un oiseau..La cage s’ouvrirait, il pourrait s’envoler. Rien n’est irréversible en ce monde, seule subsiste souvent notre peur d’avancer et d’oser.

    J'aime

Comments are now closed.