Le présent se dégrade, d’abord en histoire, puis en nostalgie.