En tant que mortel, je sais que je suis né un jour, mais quand mon regard suit la course circulaire des étoiles innombrables, mes pieds ne touchent plus terre. J’implore Zeus de me régaler d’ambroisie, la nourriture des dieux.

Une réflexion sur “Ptolémée

Comments are now closed.