Je cherchais Dieu et je n’ai trouvé que moi-même, je me suis cherché moi-même et j’ai trouvé Dieu.

Publicités

5 réflexions sur “Abdallah Asahia

  1. Bonjour et merci pour la richesse de votre site.
    Cette citation est merveilleuse, au sens profond du terme.Je vous « l’emprunte » pour mon blog 😉 Je ne l’avais jamais lue, mais elle correspond tout à fait à ce que j’ai pu ressentir quand j’ai commencé à me poser des questions sur le sens de ma vie. Encore merci à vous.
    A bientôt

    J'aime

  2. Réconfort !

    Toi & moi !
    I
    Ce poème est destiné pour toi de te faire revivre,
    L’un des beaux jours le printemps relira son livre,
    Même les moments succédés de ma jeunesse partit,
    M’apparaît-il est une lourde souffrance à survivre
    D’une année vers l’autre le courage pèse se givre
    Par le vieillissement qui s’approche petit à petit,
    L’éclat perd peu à peu son éclat comme du cuivre
    Les visions s’enferment envers la pensée s’enivre
    Peu à peu le moral surchargé aux poids ressentit,
    II
    Autour des saisons le printemps naît chaque année
    Le soleil qui se lève le jour succède de sa matinée
    La joie d’espoir le beau temps fait sourire souvent
    Le jour s’éblouit du haut du ciel du soleil plafonné
    C’est claire c’est beau à tout le long de la journée
    Chaque chose se vieillit le temps s’avance devant,
    Les souvenirs s’implantent ne seront jamais faner
    Les traversées sont passagères la vie indéterminée
    Toutes choses s’en aillent vers l’automne du vent,
    III
    Aujourd’hui la joie m’apaise gaiement sans cesse
    De revoir les très beaux moments de ma jeunesse
    Lesquels m’ont ouvert la fenêtre vers le vif amour,
    Si la vie tiendra sérieusement sa bonne promesse
    Durant mes beaux rêves qui souriaient de sagesse
    Je rêvais la nuit lunaire s’éclaire aux beaux jours,
    Les souvenirs reviendront vers leur bonne adresse
    Mes moments tordirent et peu à peu se redressent
    Poursuivre solidement le trajet d’un beau parcours !
    IV
    Toi et moi nos cœurs se retrouvent et s’enchaînent
    Se retrouvons-nous à l’aise comme une vaste plaine
    Celle des belles vallées d’une bonne contemplation,
    J’ai trouvé de l’eau fraîche celle d’une pure fontaine
    Très limpide j’apaise ma soif comme la douce laine
    D’élargir mon vaste cœur en l’immensité d’océan,
    De mon jour de naissance sans savoir quoi la haine
    J’espère mes phrases aussi seront de la bonne graine
    De ma vive pensée les mots s’envolent en papillons !
    V
    Maintenant de quoi reste-t-il de mes phrases à dire
    De pouvoir trouver de quoi fera-t-il du beau plaisir
    De contenter la nouvelle période de joie printanière,
    Dis-moi de quoi préfères-tu au courant de ton loisir
    Sans t’oublier de lire les belles pages de ton plaisir
    J’espère le teint serein s’éclat de bonne atmosphère,
    Je m’escrime de faire revivre les lointains souvenirs
    Lesquels de notre contentement du vif climat à relire
    De renaître les nouveautés stagnantes dans le repère !
    VI
    Ce poème qui est tombé du ciel est destiné pour toi
    Est un long sujet d’amour que tu vas offrir pour moi
    L’affection dans nos cœurs jusqu’à la fin qu’à deux,
    Si c’est vraiment la nature s’applique ses vraies lois
    Que notre beau programme qui ne sera en désarroi
    Et peu à peu de temps réunirons vers le merveilleux,
    Notamment cette vie acharnée ne dépendait de la foi
    Applique ses choses les bonnes et mauvaises à la fois
    De son travail appliqué soigneusement mystérieux !
    *
    Mouloud FATIS votre poète d’aujourd’hui.
    Le 23 février 2013. Poème d’encouragement.

    J'aime

  3. Réconfort !
    • Mouloud Fatis Poète
    Toi & moi !
    Aujourd’hui la joie m’apaise gaiement sans cesse
    De revoir les très beaux moments de ma jeunesse
    Lesquels m’ont ouvert la fenêtre vers le vif amour,
    Si la vie tiendra sérieusement sa bonne promesse
    Durant mes beaux rêves qui souriaient de sagesse
    Je rêvais la nuit lunaire s’éclaire aux beaux jours,
    Les souvenirs reviendront vers leur bonne adresse
    Mes moments tordirent et peu à peu se redressent
    Poursuivre solidement le trajet d’un beau parcours !
    *
    Toi et moi nos cœurs se retrouvent et s’enchaînent
    Se retrouvons-nous à l’aise comme une vaste plaine
    Celle des belles vallées d’une bonne contemplation,
    J’ai trouvé de l’eau fraîche celle d’une pure fontaine
    Très limpide j’apaise ma soif comme la douce laine
    D’élargir mon vaste cœur en l’immensité d’océan,
    De mon jour de naissance sans savoir quoi la haine
    J’espère mes phrases aussi seront de la bonne graine
    De ma vive pensée les mots s’envolent en papillons !
    *
    Maintenant de quoi reste-t-il de mes phrases à dire
    De pouvoir trouver de quoi fera-t-il du beau plaisir
    De contenter la nouvelle période de joie printanière,
    Dis-moi de quoi préfères-tu au courant de ton loisir
    Sans t’oublier de lire les belles pages de ton plaisir
    J’espère le teint serein s’éclat de bonne atmosphère,
    Je m’escrime de faire revivre les lointains souvenirs
    Lesquels de notre contentement du vif climat à relire
    De renaître les nouveautés stagnantes dans le repère !

    J'aime

Comments are now closed.